Hommage à  Jean d’Ormesson

Un immortel a quitté la vie qu’il aimait tant. Jean d’Ormesson n’est plus.
Je résiste à  l’expression de mon chagrin car il me semblerait faire offense à  l’homme joyeux et pudique qu’il était. Je constate avec émotion qu’il a su nous transmettre son amour du vivant. Il le faisait avec élégance, sans imposer quoi que ce soit. Derrière son apparente légèreté, il y avait une grande exigence pour lui-même et une infinie indulgence pour les autres. Il était amoureux de la langue dont il respectait les nuances et les respirations. Il a su être un débatteur politique rigoureux et respectueux de ses interlocuteurs, un ambassadeur de l’humanisme français, un journaliste à  la pensée ouverte et solide, au style incisif ; il a manié avec talent l’art de la conversation. Il faisait partie de ces hommes bienveillants qui avaient le pouvoir magique de nous rendre plus intelligents quand l’écho de ses pensées se répandait en nous.
Jean d’O, merci pour ce que vous avez été pour moi.